Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Partagez
    avatar
    yaqut al ajdal
    Admin

    Messages : 743
    Date d'inscription : 26/04/2009
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Message par yaqut al ajdal le Mer 26 Jan - 13:17

    Pour ceux qui n'ont pas accès à FB, je travaille en ce moment sur une série d'articles concernant la reconstitution de AàZ, en partant de zéro, d'un personnage d'arbalétrier, qui sera amené à évoluer en Terre Sainte. Je poste régulièrement depuis une semaine ou deux mes avancées, en voici les articles forumisés ^^


    (Lien de l'article original :
    http://www.facebook.com/note.php?saved&&note_id=10150396479890160 )


    Introduction


    On me demande souvent ce que c'est la reconstitution historique, et en quoi ce travail peut présenter un intérêt sérieux. En fait souvent on me demande en quoi ce n'est pas qu'un simple déguisement.

    Alors je n'ai pas la prétention de faire des choses exceptionnelles dans ce domaine, mais je me suis dit qu'il pourrait être sympa de faire des articles sur l'évolution d'un travail de reconstitution, afin que ceux qui le souhaitent et qui sont curieux d'en savoir plus puissent en avoir une idée.

    N'hésitez pas à discuter de ce que j'écris, c'est aussi fait pour ça ^^



    C'est parti !


    Étape 1 - L'idée


    Ça, c'est le plus facile. Un passionné a toujours beaucoup d'idées, dans ses domaines propres ^^

    La question se pose donc : quelle idée concrétiser? Pour moi le choix devait se faire entre plusieurs personnages d'époques et d'origines variables, de l'antiquité à la Guerre de Sécession.

    Mais par besoin, par envie, et parce que c'est comme ça, j'ai décidé de rester encore un peu dans mon cher XIIIème siècle, changer un peu de mes personnages de haut rang et partir sur cet arbalétrier que je veux monter depuis un moment. Et c'est un projet particulier pour l'association Fief et Chevalerie.

    Donc l'idée c'est ça : un arbalétrier du XIIIème siècle.





    Etape 2 - Quelques précisions, quelques pistes.


    Là ça va encore, il s'agit de mobiliser ce que l'on sait déjà du sujet, quitte à ce que ce soit faux, histoire de faire le point, et de préciser le personnage.



    Généralités

    Il s'agira donc de Thibault (faisons simple Wink ) Arbalétrier professionnel vivant dans la seconde moitié du XIIIème siècle. Son histoire commence en occident, mais il embarque un jour pour la Terre Sainte, et y finira sa vie.

    Les arbalétriers étaient probablement des gens de métier, assez entraînés, et équipés convenablement. L'arbalète est une arme très présente au MA (Moyen-âge), que ce soit en occident comme au Moyen-Orient (abrévié en MO), et chaque examen de forteresse nous apporte son lot de pointes de carreaux d'arbalètes.

    L'arbalétrier est de basse ou de moyenne extraction, et peut tout aussi bien servir à la défense de places fortes comme aux batailles ou aux gardes rapprochées.



    L'arbalète

    L'arbalète médiévale occidentale est une arme de trait composée d'un arc montée sur un arbrier, arc en bois pour le XIIIème, métallique plus tard. Plus puissante qu'un arc, elle est conçue pour les tirs directs. Sa puissance et sa construction en font une arme moins efficace en terme de vitesse de tir, mais ce constat est compensé par la précision et la puissance de ces tirs. De plus, le fait que le tir soit déclenché par une "simple gâchette" et la visée facile, son utilisation requiert moins d'entraînement que l'arc pour trouver toute son efficacité.

    Le carreau, projectile de l'arbalète, est de taille plus réduite que la flèche de l'arc, et est conçut pour voler droit, en tir direct donc.



    Pistes de recherche

    Pour commencer mes recherches, je vais commencer par compulser des livres de base, et chercher des sources de base pour préciser tout ça. Les sources de bases sont des données archéologiques, ici ce que je cherche se classe en trois catégories :

    * Les pièces de fouilles, objets directement retrouvés grâce au travail des archéologues, présentent un grand intérêt de part leur nature même. une pièce de fouille permet d'affirmer, le plus souvent "il existait un modèle comme celui là."

    * Enluminures et dessins, documents visuels de l'époque concernée permettant d'établir des hypothèse sur des costumes, des formes, des couleurs, des utilisations etc...

    * Des textes, les descrïptions de personnages en situation, ou les inventaires de matériels peuvent être très précieux pour la compréhension globale du travail, notamment sur le statut du personnage, ses habitudes, son matériel, son train de vie etc...



    Pour démarrer un nouveau travail, personnellement j'aime bien trouver quelques livres de base, quelques ensembles de sources archies-connues, toujours pour préciser progressivement.



    Ici, je propose un examen auprès de la collection Ospreys, un survol d'un livre de référence sur les arbalètes, et un petit examen de l'ensemble de sources enluminés le plus connu du XIIIème siècle.

    * Ospreys : il s'agit d'une collection d'histoire militaire sur toutes les périodes, avec un travail qui se veut scientifique. Cela se présente sous la forme de petits livres en anglais, en noir et blanc, et qui présentent les armes et les équipements, voir les habitudes et les organisations de combattants de telle ou telle période. Quelques planches en couleur reprennent ces informations dans chaque ouvrage, afin de fournir des dessins de reconstitution hypothétique de différents personnages. Même si c'est une adaptation et pas une source historique réelle, c'est intéressant souvent pour avoir un aperçu de l'esprit qui se dégage des costumes, de l'époque, cela fournit des pistes supplémentaires puisque les sources originales sont mentionnées, voir directement inscrites dans le livre. Bonne première approche donc.



    * Référence. "Armes du Diable" de Valérie Serdon. C'est LE livre d'étude scientifique de référence pour les armes de trait médiévales, un bon point de départ pour les précisions concernant l'arbalète, son utilisation, ses formes, ses possibilités.



    * Enluminure de base. La Bible de Maciejowski a été écrite au milieu du XIIIème siècle, et présente des scènes de la bible, mais avec les équipements médiévaux, comme beaucoup d'autres Bibles de l'époque. Les enluminures ici sont très bien conservées, et permettent une bonne idée de la chose. Petit bémol : une enluminure est toujours à prendre avec des pincettes, pour les raisons suivantes : on ne sait pas si c'est la réalité, les Bibles et leurs graphismes sont souvent fantasques, et l'enlumineur n' a parfois jamais vu les équipements qu'il dessine. Donc tout est à prendre au conditionnel.



    C'est parti!



    ____________________________
    Yaqut Al Ajdal

    Seigneurs du Désert - Fief et Chevalerie
    L' Aventure est une Attitude
    avatar
    yaqut al ajdal
    Admin

    Messages : 743
    Date d'inscription : 26/04/2009
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Message par yaqut al ajdal le Mer 26 Jan - 13:19

    Deuxième partie : Ospreys.
    article original : http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150396567435160


    Premières Pistes : Ospreys Publishing



    Première étude sur la liste des pistes pour dégrossir, la collection Ospreys.

    Rappel : toutes les informations des ospreys sont des adaptations, des hypothèses. Souvent de bons travaux, il faut l'admettre, mais qui sont parfois tout à fait discutables. On cherche ici des idées.



    Mon personnage étant français, plutôt de la moitié nord, j'ai choisi d'ouvrir les ouvrages généralistes sur l' Europe de l' Ouest pour ma période à savoir :

    1. French Medieval Armies 1000-1300
    2. German Medieval Armies 1000-13000
    3. Italian Medieval Armies 1000-1300
    4. English Medieval Knights 1200-1300





    Le premier me donnerait des informations générales, les autres des sources et idées visuelles.



    French Medieval Armies 1000-13000



    Auteur : David Nicolle. Illustrations : Angus Mc Bride



    Si mon anglais n'est pas trop mauvais, on y apprend un tas de renseignements intéressants :

    * Selon l'auteur, les arbalétriers étaient relativement bien payés dans l'armée de Philippe II Auguste (1165-1223), 5 sous/jour pour les arbalétriers montés, 18 deniers pour les piétons.
    * L'importance des arbalétriers grimpe au XIIème pour atteindre une forte proportion au XIIème, passant même devant les arcs.
    * Au XIVème, les arbalétriers ayant la meilleure réputation sont italiens.
    * Supposition d'équipement de base : bascinet, tunique matelassée, coiffe de mailles, épée. Les carreaux sont rangés dans un carquois suspendus à un baudrier. Le système d'armement de l'arbalète est un crochet pendu à la ceinture.
    * Le coût approximatif des équipements de l'arbalétrier est estimé à 3 livres tournois (c'est beaucoup.)
    * L'infanterie se spécialiserait de façon très importante au XIIIème, ce qui induit la professionnalisation encore plus importante des arbalétriers (Sergents ou mercenaires) et une apparition d'armes spécifiques à l'infanterie, comme le fauchon (une sorte de lame un peu plus courte qu'une épée, à un seul tranchant, et un poids un peu plus important)



    Ce genre là, réalisation Viktor Berbekucz.



    * Détail amusant : il semblerait que le premier maître arbalétrier connu soit un certain Thibaud, qui aurait vécu dans la seconde moitié du XIIIème siècle. ^^
    * Question tactique, David Nicolle affirme qu' en bataille les arbalétriers étaient utilisés pour la protection, et souvent derrière des carrés de piquiers fixes, ce qui leur permettait de recharger en toute sécurité, et maintenir un rythme de tir constant et précis.



    Question illustrations on trouve :

    * Un schéma de fonctionnement d'arbalète de chasse du XIème siècle, ainsi que des dessins d'arcs, de noix et de mécanismes du XIIIème. La noix est le système déclencheur qui retient la corde sur l'arbrier. D'ailleurs pour y voir plus clair à ce stade de l'explication, voici un petit schéma descrïptif des différentes parties d'une arbalète :



    Trouvé sur le Blog de Cabaret : http://cabaret.over-blog.org/article-845834.html



    * On trouve aussi une image du Liber ad Honorum Augusti (Sicile, fin XIIème), avec un arbalétrier et son chouette petit chapeau, en haut à droite.



    * Une enluminure tout début XIVème avec deux personnages en haubert de mailles complet (c'est à dire une cotte de maille comprenant la capuche, le corps, les manches, les mains, les jambes, les pieds. Tout quoi ^^) Ces personnages portent aussi un heaume fermé de type Sugerloaf (Heaume fermé dont le haut se termine en cône) La situation est, comme souvent sur les enluminures d'arbalètes, un siège de place forte.



    * Les planches de couleurs nous montrent deux personnages reconstitués:

    - E3. Arbalétrier du milieu du XIIIème siècle, il est équipé d'une cervelière de type spangenhelm (casque constitué de plusieurs bandes de métal rivetées entre elle pour former un truc proche de la coquille de Caliméro.) Un Gambison (vêtement rembourré) à manches courtes, une arbalète en bois à armement par crochets suspendus à la ceinture avec un étrier en métal, une dague et une cotte d'arme armoriée. Les sources utilisées sont : la Bible de Maciejowski (XIIIème, je reviendrais dessus) et la cathédrale d' Amiens.



    - G3. Même chose que le personnage ci-dessus, à la différence qu'il porte une épée, un bouclier rond, des bottes et un haubergeon (Cotte de maille courte, et à manches courtes). Note : concernant l'épée, on vous a toujours appris qu'il n'y avait que les chevaliers qui en avaient, c'est faux. Si ça vous intéresse j'ai des preuves et des sources mais cela n'est pas le sujet de l'article ^^





    Sur les autres Ospreys



    German Medieval Armies 1000-1300



    Deux planches représentant des arbalétriers, plus une récupération de l'enluminure du Liber ad Honorum Augusti (voir plus haut) On y trouve :

    * Un arbalétrier de Sicile avec une arbalète à arc composite, de bois, tendons, corne, parchemin. Il est vêtu d'une simple tunique et porte un casque à nasal (comme la coquille de caliméro, mais avec une bande de métal pour protéger le nez )
    * Un arbalétrier monté, qui porte un chapel de fer (comme un chapeau à bord, mais en métal) et un haubergeon (Rappel : cotte de mailles manches courte + manches courtes)



    Italian Medieval Armies 1000-1300



    On y voit une planche d'arbalétrier avec un gambison sans manches, un cal rembourré sur la tête (un genre de euh... nan ça se décrit pas ce truc, c'est ça :



    Frédéric, lancier occidental en Syrie, XIIIème siècle, ©Les Seigneurs du Désert



    Il porte aussi une chemise de maille, et un crochet à la ceinture pour recharger l'arbalète.



    English Medieval Knights 1200-1300



    On retrouve une enluminure (1230-1240, MS Harley 4751, f.Cool où deux personnages en mailles portant des heaumes se servent d'arbalètes pour un siège.

    Un autre dessin intéressant, tiré de Chronica Majora (1250) bien que décrivant le siège de Damiette en 1219, on y voit une arbalète maniée par un des défenseurs à gauche. Je dis "bien que décrivant le siège de Damiette" parce que Damiette se trouvant en Terre Sainte, il se peut que les défenseurs que l'auteur a représenté étaient musulmans... (ce qui me donne peut-être un élément de plus sur un de mes sujets de recherches actuelles : l'arbalète orientale! ^^)




    Mes réflexions, mes conclusions, mes idées



    1. Concernant l'organisation, rien ne me permet d'infirmer les propos de l'auteur. Je sais que l'arbalète a commencé a être utilisée au moins depuis le Xème siècle médiéval, et devient importante au XIIème, ce qui tend à confirmer les informations. (Note : l'arbalète est plus vieille en réalité, les armées romaines antiques l'utilisaient déjà)

    2. Concernant les supposition des équipements de base, pour le moment rien à dire, si ce n'est sur le bascinet qui est un casque fermé, pour viser, pas pratique... L'enluminure du début XIVème donne cependant du grain à moudre sur cette question...

    3. Il y a justement cette question des personnages maillés utilisant l'arbalète. En effet, le haubert complet, avec les casques fermés, sont des attributs typiques des chevaliers, de la noblesse donc. A creuser.

    4. Ajout de sources type enluminures à la liste : Chronica Majora, Liber Honorem Ad Augusti.

    5. Ajout de livre à la biblio : Arms and Armour Vol1 de David Nicolle, une sorte de bible de l'équipement militaire occidental.

    6. L'arbalète des XII-XIIIèmes semble ne contenir d'autre élément métallique important que l'étrier, et probablement le système de gachette.




    Prochaine étude : la Biblio première !


    ____________________________
    Yaqut Al Ajdal

    Seigneurs du Désert - Fief et Chevalerie
    L' Aventure est une Attitude
    avatar
    yaqut al ajdal
    Admin

    Messages : 743
    Date d'inscription : 26/04/2009
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Message par yaqut al ajdal le Jeu 27 Jan - 12:23

    Allez, article 3 : Arms and armours, compilation de sources

    Arms And Armours


    Dans ma biblio de base, il y a avait donc ce super bouquin Arms And Armours of The Crusading era Vol1. : Western Europe and the crusader states



    Tout en Anglais, cet énorme livre est l'œuvre du professeur David Nicolle, une référence en matière d'archéologie des équipements militaires occidentaux et orientaux.

    Ses deux volumes, abréviés en "Arms And Armours" sont consacrés à ses sources de recherches, et une partie de ses hypothèses, le première concernant l'occident et les états latins d'orient, et le second l'Europe de l'est et l'orient des croisades.



    Ce qu'il y a d'intéressant c'est que cette "bible" de l'équipement militaire est une série de reproductions des toutes les enluminures, gisants, pièces de fouilles, peintures, gravures et je ne sais quoi, que l'auteur a voulu indiquer comme sources de base. Le tout étiqueté et commenté dessin par dessin, détail par détail. Concrètement pour le second volume par exemple, cela représente environ 600 pages.





    C'est donc une super base de données de sources concernant n'importe quel équipement militaire médiéval X - XIVème.



    Pour ne pas alourdir l'article et vous endormir, je vais juste me contenter de donner une liste de ce que j'ai trouvé, et ce que j'en pense. Pour les puristes et les intéressés, n'hésitez pas à me demander toutes les références des sources de mes constatations, j'ai la liste.

    Je reviendrais précisément sur des images et des modèles dans l'article sur les sources visuelles. Pour celles-ci, je me suis restreint aux sources XI-XIIIèmes, mis à part quelques exceptions intéressantes du début XIVème.




    1. Sources étudiées


    J'ai choisi des sources multiples au vu du peu de choses disponibles en dehors de la la Bible de Maciejowski en France, qui doit faire l'objet d'une étude un peu plus tard, j'y reviendrais.



    J'ai donc quelques sources françaises, quelques unes anglaises ,italiennes et allemandes, mais l'immense majorité de mes trouvailles sont espagnoles et orientales chrétiennes. J'ai trouvé un peu d'éléments en provenance de Hongrie et de Pologne aussi.



    France

    * Trois arbalétriers sortis de la Bible de Maciejowski, donc XIIIème, on y reviendra...



    Angleterre

    * La même enluminure que dans mon article précédent. David Nicolle se demande si l'arbalétrier ne porte pas une sorte de cotte de plaques, ou un gilet de cuir clouté. Ce qui est étonnant c'est que celui-ci porte un heaume fermé.



    Écosse/Irlande

    * Une série de pointes de carreaux en fer. Ceux-ci présente des formes très caractéristiques des carreaux, pointes pyramidales ou parfaitement rondes et pointues en forme de cône.



    Sud de la France

    * Un dessin d'arbalète dans une église, représentant "l'arme du diable", maniée par un démon (XIème siècle). Pas d'étrier, pas de crochet, l'arme est chargée en mettant ses deux pieds sur l'arc et en tirant la corde en arrière.
    * Siège d'une place forte, d'une ville probablement, pendant la croisade des occitans. Fin XII-début XIIIème, dans l' église de St Nazaire. Il n'y a pas de précisions, l'arme présente un arc assez épais, et un corps assez court mais massif.



    Aragon, Navarre, Catalogne

    * Un mur peint. Fait intéressant, l'arc de l'arbalète est peint en bleu. L'auteur se demande si on ne peut pas y voir la présence d'un arc métallique, la peinture protégeant de la rouille, comme on peut le voir sur beaucoup de casques... 1086
    * Mur peint de la fin du XIIème, une arbalète de chasse assez massive
    * Mur peint, Catalogne, fin XIIIème. Les arbalètes n'ont pas d'étriers, on un corps assez long, et semblent d'une fabrication simple. Les carquois ont des formes arrondies, deux des trois sergents présentés ont des épées, le troisième une dague. On voit clairement des gambisons à col haut sous leurs tuniques (gambison, rappel : vêtement de guerre rembourré, destiné à atténuer l'impact des coups). L'un porte une coiffe rembourrée de la même façon, un autre un casque à nasal.
    * Une enluminure tirée d'une Bible Castillane du début XIIIème. Arbalètes à corps massif, les arbalétriers portent des haubergeons (maille courte, manches courtes) avec des casques de type cervellière, des couteaux, et un carquois en bandoulière. L'arbalète présente un arc épais et un étrier. Un autre arbalétrier porte un casque en forme de bol, et une armure d'écailles. Attention cependant, certaines figures sont sensées représenter l'armée de pharaon, et ont donc pu être inspirées de modèles orientaux (ce qui n'est pas dénué d'intérêt! )



    Pause dans l'analyse, un petit jeu : où est l'arbalétrier? ^^
    (Histoire d'outremer, Royaume de Jérusalem)






    Empire Germanique

    * Encore des carreaux sortis de chantiers de fouilles, de forme pyramidale ou ronde très fine.
    * C'est l'occasion de revenir sur des choses déjà vues dans le précédent article. L'enluminure allemande était datée de la fin XIIIème, de Souabe, et montre des personnages en heaumes fermés, maille complète (des pieds à la tête donc) et des arbalètes sans étriers.
    * Une arbalète du début XIVème retrouvée en fouille, exceptionnelle! On y voit un corps assez long, pour un arc très massif, et étrier en simple U, ainsi que des ligatures( pour tenir l'arc au reste du corps)apparemment en corde.


    l'arbalète sus-mentionnée

    * Toujours début XIVème, encore des arbalétriers avec des casques fermés types heaume coniques, des cottes de mailles complètes ou des armures d'écailles. On voit un crochet d'armement à la ceinture et un étrier.



    Italie

    * Nouvelle image du Liber ad Honorem Augusti, cité dans le précédent article



    États latins d'orient

    Petite Piqure de rappel pour les néophytes : les États Latins d' Orient sont les états chrétiens fondés en Orient après la première Croisade, et qui vont perdurer jusqu' à la fin du XIIIème siècle, avec des frontières parfois changeantes, selon leurs rapports avec les peuples musulmans.

    Grosso-modo cela correspond à une bande de Terre de la Syrie jusqu'à la Palestine, sur la côte de la mer méditerranée.

    * 1290, des arbalétriers avec des chapels de fer, des hauberts, des crochets à la ceinture pour le chargement. Arbalètes avec des étriers, assez longues.
    * 1286. Haubergeons pour les arbalétriers, et un étrier de forme étrange, comme des créneaux de château... Mais à voir, je n'ai pas bien compris qui était le personnage, mais ça a l'air assez fantastique comme représentation. ^^
    * 1280. Les arbalétriers portent des cervellières en forme de bol, des hauberts complets sous leurs tuniques, un crochet à la ceinture et des arbalètes avec des étriers.



    Hongrie/Pologne

    * Encore et toujours ces carreaux pyramidaux!
    * Une noix de fouilles (donc une partie du système d'armement, voir l'article 2). Celle ci serait datée du XII-XIVème, et est en corne. L'auteur pense que l'introduction de l'arbalète en Pologne fut faite dans le courant du XIIème siècle, par l'empire Germanique ou la Scandinavie. Il note aussi la présence de noix de cette forme en bois.





    2. Réflexions, conclusions, idées



    Avec toutes ces sources, on peut tirer quelques grands traits sur l'arbalète et l'arbalétrier occidental, mais aussi développer des questions.



    * L'intense majorité des arbalétriers, pour ne pas dire tous, sont bien équipés. Par comparaison, les archers de ces mêmes sources sont juste en habits civils le plus souvent, armurés plus rarement.
    * Les équipements minimum de l'arbalétrier, outre son arbalète : un carquois, une arme de corps à corps, un vêtement de protection, un casque ou une protection de tête.
    * Concernant l'arbalète : la tendance est à l'arc en bois épais, plus que ce que l'on voit souvent dans les reproductions modernes. Étrier ou pas, je crois que c'est 50/50. Le système d'armement a l'air d'être fait dans des matériaux variés : bois, corne, métal. Pour la plupart le corps (arbrier) est plutôt long, et parfois relativement massif.
    * Concernant les équipements : les carquois ressemblent à de bêtes poches arrondies, portées à la ceinture ou en bandoulière. Le crochet d'armement est omniprésent dans le cadre des arbalètes à étrier. La plupart des arbalétriers semblent porter un vêtement léger, de type tunique ou cotte, par dessus leurs protections de corps.
    * Concernant l'armure : très variable. La plupart son moyennement armurés, soit avec des gambisons et des cottes de mailles courtes. Un bon tiers sont cependant lourdement armurés avec des hauberts complets, des armures d'écailles.
    * Sur les casques : la majorité est à la cervellière, au chapel de fer, et au casque conique à nasal. Quelques uns ont juste une protection rembourrée. Grosse question sur le nombre non-négligeable de casques fermés portés par des arbalétriers, c'est un casque réservé d'ordinaire aux combattants au corps à corps!
    * Sur les projectiles : ça c'est le plus simple, ils sont tous à douille (donc on rentre le bois dans le carreau) de forme fine ou pyramidale, avec deux plumes.



    Des exemples de pointes de carreaux français, à douille.




    Prochaine étape : trouver des éléments sur le livre scientifique de Valérie Serdon! j'espère y trouver des précisions sur les puissances, les projectiles, et les formes notamment Smile


    ____________________________
    Yaqut Al Ajdal

    Seigneurs du Désert - Fief et Chevalerie
    L' Aventure est une Attitude
    avatar
    yaqut al ajdal
    Admin

    Messages : 743
    Date d'inscription : 26/04/2009
    Age : 28
    Localisation : Paris

    Re: Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Message par yaqut al ajdal le Jeu 27 Jan - 12:28

    Article 4 : ouvrages


    Aujourd'hui je continue cette série d'articles par la suite de mon étude bibliographique première.


    Avant d'attaquer l'ouvrage de Valérie Serdon, quelques éléments glanés ici et là.

    1. "Soldats, de l' Antiquité à nos jours", de RG Grant

    Il est question des célèbres arbalétriers génois qui étaient recrutés dans les campagnes environnantes, s'entraînaient dans les terrains autour de la ville (source de plainte pour les propriétaires des terrains) Est avancée l'hypothèse d'équipes d'arbalétriers, agissants pas petits groupes pour avoir un tir régulier, et protéger celui qui rechargeait.



    2. Glossaire Archéologique du Moyen-âge et de la Renaissance, Victor Gay


    Malgré l'âge de la parution (1887 !) on y voit des dessins d'arbalètes avec des arcs en bois très épais. Il y a des extraits intéressants, datés, de textes mentionnant l'arbalète. Le crochet à deux crocs n'est apparu qu' au XIVème.





    Bien, ceci étant fait, je me suis donc attelé à la lecture du livre référence de Valérie Serdon.




    Couverture de l'ouvrage



    3. Armes du diable, arcs et arbalètes au Moyen-âge, Valérie Serdon


    C'est donc un ouvrage scientifique, présentant de manière très détaillée les armes de traits de type arcs et arbalètes, en se concentrant sur les techniques de tir, les us, les formes et les projectiles, en Europe occidentale. Quelques mentions sont faites de l'orient, mais rien de vraiment intéressant.



    L'ensemble des données étant très denses, je me suis proposé de les ranger par thèmes.




    a) Projectiles


    * Le mot carreau vient de la forme carrée caractéristique de la base de la plupart des pointes de projectiles d'arbalète.
    * Les empennes, de forme simple au XIIIème, sont constituées de plume, de bois ou de parchemin (cuir)
    * les fûts sont souvent non constants (donc ils n'ont pas la même épaisseur sur toute la longueur) pour améliorer leur résistance aux tensions provoquées par leur utilisation.
    * Il semblerait qu'orienter les pennes pour donner au carreau un mouvement de rotation a permis aux ingénieurs d'améliorer la précision de l'arbalète.
    * La trajectoire d'un carreau étant naturellement non parabolique, sa force de pénétration est bien plus importante qu'une flèche par exemple.
    * Sur environ 4000 pointes de carreaux retrouvés en majorité un peu partout en France, 94% sont à douilles.
    * Les pointes à soie ne représentent que 6% des objets étudiés, mais sont répartis sur un quart des sites.
    * A noter la présence de carreaux incendiaires, avec une longue tige et une petite pointe.
    * On trouve plus de carreaux à soies dans le Sud-ouest, et l' Aquitaine.
    * La plupart des carreaux du treizième sont de forme carrée, assez longue. Quelques pointes plates.


    un exemple sur les types d'empennes, et l'aérodynamisme des fûts



    b) Arbalètes

    * L'arme devait avoir un poids important.
    * Il semblerait que les arbalètes très décorées ne soient dévolues uniquement qu' à la chasse, et destinées à la noblesse.
    * La noix pouvait être en os, ou en corne (cervidés). Utilisation de métapodes (des genres d'os longs, aux parois épaisses). Ces noix étaient débitées ou tournées, avec des motifs circulaires parfois. Présence de noix en bronze au XIIIème, moyenne de 17 à 10mm de diamètre, et 20mm d'épaisseur pour ces noix.
    * L'étrier n'apparait vraiment qu' à la fin du XIIème (dans le Sud de la France). Il est de forme ronde ou légèrement ovale dans un premier temps.
    * Au XIIIème, on voit apparaître des étriers de forme trapézoïdale, de même que des sortes de petites pointes, au nombre de deux, dont l'utilité reste incertaine.
    * On distingue un net allongement des arbriers à partir du XIIème siècle, et un mécanisme relativement court pour cette période.
    * Il est probable qu'il y ait aussi à cette période un dispositif pour maintenir les carreaux dans leur gorge de tir, les enluminures montrant des arbalétriers tirant dans tous les sens, y compris le haut ou le bas.
    * L'essence des arcs d'arbalètes en bois étaient majoritairement : If, hêtre, aulne, noisetier, érable.
    * Certains modèles présentent deux encoches sur les poupées, probablement pour un réglage du tir selon l'auteur.



    c) Équipements

    * Presque rien n'est dit sur les vêtements, du moins rien d'intéressant -_-"
    * Apparition du Crochet au XIIIème siècle
    * Des pièces de fouilles du crochet montrent un anneau au dessus du crochet pour passer un lien de cuir, ou une ceinture (ne devant pas excéder les 24mm de large) Il fait 130mm de long, pour 30 de large. Une autre pièce est de 80mm de large.
    * Les liens du crochet pouvaient être tressés, et de toutes façons indépendants de la ceinture classique.
    * Les carquois étaient fixés soit dans le dos, sanglés, soit à la ceinture, ou en bandoulière.
    * Ils présentent une forme généralement tubulaire arrondie. Les pointes sont souvent rangées vers le haut, sans trop savoir pourquoi (ce système abîmant les empennages...)
    * au XIIIème, on voit apparaître des carquois en bois, de forme quadrangulaire et de petite contenance.
    * Plusieurs hypothèses sont avancées sur la forme des carquois : ouverts sur le coté avec des systèmes aménagés de sangles, pour permettre une meilleure préhension des projectiles.
    * Il n'y a pas toujours de carquois, les carreaux sont parfois fichés en terre, passés à la ceinture, ou répandus sur le sol.


    Bible de Maciejowski, XIIIème



    d) Généralités historiques, sources supplémentaires

    * On ne connait pas exactement les puissances réelles des arbalètes, mais elles étaient suffisantes pour être jugée "considérablement plus importantes" que les autres arcs par leurs contemporains.
    * Les textes mentionnent beaucoup de "cavalerie démontée" aux XII-XIIIème, les arbalétriers pourraient entrer dans cette catégorie, mais l'immense majorité étaient des fantassins.
    * L'arbalète était beaucoup utilisé par les flottes navales (source exemple : commande d'arbalètes(60) et de carreaux (6000) pour les galères de Provence, 1294)
    * Question représentation dans les enluminures, aux XII et XIIIèmes siècles, 35% viennent d'images militaires dont, par ordre décroissant, les études, les ateliers, les scènes de combats, celles d'entraînement, et un peu à part celles de chasse.
    * L'usage de l'arbalète ne faisait pas partie de l'éducation du chevalier, et était semble t'il déconsidérée par ces derniers.
    * Malgré le concile de Latran en 1139, interdisant l'utilisation de l'arbalète, Richard Coeur de Lion et Philippe Auguste montèrent tout deux des compagnies régulières d'arbalétriers, et encouragèrent l'utilisation et la formation à cette arme. Conrad III (Actuelle Allemagne, 1138-1152) interdit quand à lui son utilisation dans ses armées.
    * La question se pose du pavois qui apparaitrait au XIIIème.
    * Quelques nouvelles références de sources visuelles, mais n'apportant pas plus d'éléments que les précédents. On distingue nettement le bon équipement des arbalétriers.



    e) Tactiques et théories

    * L'arbalète ayant besoin de place pour être utilisée, il est impossible de former des rangs serrés efficaces, ce qui fit la force des archers.
    * L'intense majorité des pointes retrouvées dans les fouilles de places fortes sont des pointes de carreaux, ce qui induirait une utilisation massive d'arbalète par rapport à l'arc dans ces endroits (sièges, défense)
    * Intéressant : la plupart des ceintures retenant le crochet ne sont pas les mêmes que les ceintures "classiques" pour les vêtements, les deux sont portées.



    Bible de Maciejowski, XIIIème



    4. Réflexions, conclusions, idées

    * Je regrette que cela ne parle pas de l'équipement.
    * On peut confirmer certains grands traits de mes précédents articles. Arbalète du XIIIème = possibilité de crochet simple à la ceinture, arc en bois ou composite, étrier simple.
    * Le fait que l'éducation du chevalier ne comprenne pas l'arbalète porte encore sur le devant de la scène les nombreuses sources d'arbalétriers aux casques fermés...
    * Nouvelle confirmation du bon équipement de ceux-ci
    * Quelques questions en suspens, notamment sur le pavois.




    Suite : premier Bilan !


    ____________________________
    Yaqut Al Ajdal

    Seigneurs du Désert - Fief et Chevalerie
    L' Aventure est une Attitude

    Contenu sponsorisé

    Re: Quelles sont tes sources, quelle est ta démarche?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 20 Sep - 20:05